Rechercher
  • Anne-Cécile Mirail

L’intestin et son «microbiote»

Savez-vous que notre santé dépend de celle de notre intestin ? C’est d’ailleurs un sujet d’actualité dans tous les médias, et vous avez peut-être entendu parler du livre de Giulia Enders « le charme discret de l’intestin », qui l’a fait découvrir au grand public. Mais si ce n’est pas le cas, vous vous demandez sans doute ce qui motive ce nouvel élan d’affection pour notre tube digestif… Alors voilà quelques explications…


Notre tube digestif est un tube. Cela veut dire qu’il nous traverse de part en part et que l’intérieur de ce tube est en fait « le monde extérieur », que l’on appelle aussi lumière de l’intestin. Une fois les aliments digérés, ils traverseront la paroi intestinale pour pénétrer notre « monde intérieur ».


La paroi intestinale, repliée en villosités et d’une surface totale de 400 m2 environ (une fois dépliée), est donc une « barrière ». Elle doit jouer ce double rôle de laisser passer les nutriments nécessaires à notre organisme, mais aussi, de le protéger des agents pathogènes, grâce à notre flore intestinale, aussi appelée microbiote.

C’est ce microbiote qui va éduquer notre système immunitaire.


Et oui, 80 % de notre immunité serait issue de nos intestins !


Mais pour assurer cette fonction, il est nécessaire que les cellules de l’intestin soient en bonne santé, bien nourries et bien serrées. Alors, seulement, elles pourront offrir un habitat de choix à notre microbiote, composé de milliards de bactéries, virus, levures, vivant en équilibre (ou pas) dans notre intestin.



Or ce monde merveilleux est parfois malmené… Mauvaise alimentation, manque de mastication, médicaments, stress… sont autant de facteurs qui peuvent endommager notre paroi intestinale et déséquilibrer notre flore. Les conséquences sont alors des troubles digestifs : ballonnements, diarrhées, constipation, mais aussi immunitaires : maladies, allergies, voire même émotionnels !


Car l’intestin dispose d’un système nerveux conséquent, relié au cerveau par le nerf vague, auquel il envoie des informations en permanence sur ce qui se passe dans notre corps. De plus en plus de scientifiques tendent à prouver qu’il existe un lien entre l’état de notre intestin, les bactéries qui le colonisent, et notre état psychologique et émotionnel.


C’est pour cette raison qu’on l’appelle aussi le 2ème cerveau.


Rappelons que c’est aussi dans l’intestin que 95 % de notre sérotonine est fabriquée, c’est la fameuse « hormone du bonheur »…



La naturopathie met l’intestin au centre de son approche. Elle utilise de nombreux moyens pour nourrir, calmer, cicatriser, réparer, protéger la barrière intestinale et son microbiote. Alliées à une alimentation équilibrée et non toxique, ces techniques permettent d’améliorer de nombreux troubles.


Prendre soin de son intestin, c’est s’assurer une meilleure immunité, une meilleure digestion et une plus grande stabilité émotionnelle.


Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du livre de Giulia Enders « le charme discret de l’intestin », à la fois drôle et instructif.


Anne-Cécile Mirail, le 09/07/2017


© 2016 par Anne-cécile Mirail

  • b-facebook